Pus que jamais protégé avec VUZAIR

Pus que jamais protégé avec VUZAIR

Le sol Français couvert de poussière de sable venant du Sahara.

Mardi 15 Mars 2022, un ciel jaunâtre et poussiéreux couvre le territoire Français. Cette poussière venu du Sahara à couvert une bonne partie de nos région, et, est la conséquence d’un évènement climatique bien connu, généré par un vent puissant venant d’Afrique du nord et tout particulièrement de l’Algérie.

Ce vent appelé SIROCCO est tellement puissant qu’il peut sans souci transporter des poussières de sable sur des milliers de kilomètres à de très hautes altitudes (entre 3000 et 4000 mètres)

Ces particules ont des concentrations non négligeables de l’ordre de 400 à 500 µg/m3 d’air, ce qui est pas sans risque pour la santé.

Des troubles respiratoires

Pour les personnes fragiles, ces particules peuvent engendrer des soucis respiratoires. Ce phénomène est comparable à un épisode de pic de pollution, impactant la qualité de l’air.

La revue Epidemiology a fait paraitre en 2008 une étude sur les dangers du sable transporté depuis le Sahara. Cette étude montre la présence de nitrate, de sodium, d’aluminium, de cadmium, de sulfate, de fer, et du carbone.

Cette étude ajout  que lors de ce genre d’épisodes poussiéreux, le nombre de décès augmente d’un peu plus de 8% sans toutefois conclure que la composition chimique de l’air en soit responsable.

Des problèmes oculaires

En plus de cas d’asthmes, un tel épisode poussiéreux peu engendrer des problèmes oculaires comme  des conjonctivites (source : Environemental Geochemistry and Health). Les études de l’OMS (organisation mondiale de la santé) mettent  en avant, lors d’études épidémiologiques, un risque accru de mortalité de type cardiovasculaire, engendré par des problèmes respiratoire

Des polluants dans l’air

Dans les colonnes du journal “le Monde” T Bourdrel radiologue et membre du collectif Air Santé Climat, confirme que au delà du sable, les particules peuvent transporter des polluants ainsi que des agents pathogènes. On y trouve effectivement : des virus, des pollens, ainsi que de composés chimiques plus ou moins dangereux comme des pesticides ou des métaux lourds.

Un impact sur les nouveaux nés

En 2019 une étude de la revue “Occupational and Environemental Médecine”, démontre que l’exposition aux poussières du sahara pendant la période de grossesse, multiplie par 3 le risque d’accouchement prématuré.

En Afrique de l’ouest, ou ce type de poussière est souvent présente, les risques sont bien évidement plus élevés. La chance de survie d’un nourisson réduirait de 18% si la concentration de poussière dans l’air monte à 10µg/litre d’air, soit une augmentation de 25%

 

“Les grosses particules PM10 sont plus susceptibles d’être déposées dans les bronches et ainsi affectent les capacités respiratoires (asthme, maladie pulmonaire obstructive chronique, pneumonie et autres infections respiratoires)”, explique le rapport. “En revanche, les particules fines (PM 2,5) sont plus susceptibles d’atteindre les alvéoles, provoquent une inflammation systémique et conduisent à des effets cardiovasculaires.”

Cependant pas de panique, les concentrations trouvées en France sont loin d’égaler les concentrations trouvées en Afrique. Mais le changement climatique va accentuer la fréquence et la force de ce genre de phénomène dans les années à venir. Alors un petit conseil, dans ce période évitez de faire du sport en plein air ou portez VUZAIR!