Bâtiment et travaux publics : le secteur au plus haut taux d’accidents

Equipement de Protection individuelle

Bâtiment et travaux publics : le secteur au plus haut taux d’accidents

Quand protection rime avec prévention et obligation.

Charpentier, couvreur, maçon ou encore menuisier, les métiers du BTP sont très variés, mais ont tout de même un point commun : ce sont des métiers très risqués. En effet, en 2020, le BTP enregistre le plus fort taux d’accidents du travail. On considère qu’un charpentier a 33 fois plus de risque d’être victime d’un accident du travail qu’un informaticien.

Quels sont les risques dans ce secteur ?

Les risques sont nombreux et peuvent avoir de multiples conséquences.

–  La hauteur

–  Les chutes et les glissades

–  La chute d’objet ou objet en mouvement

–  La manutention et l’utilisation de machine et d’engin

–  Les vibrations

–  Les effondrements

–  L’électricité

– Ou encore le bruit et les nuisances sonores.


Cette liste est déjà longue, mais ne s’arrête pas là. Souvent négligés, les risques pour les voies respiratoires, les yeux et le visage sont très présents dans ce secteur. Un des premiers facteurs de risque est le risque chimique. Dus à l’utilisation d’agents chimiques, au mélange de produits ou encore à une activité créant des émanations, les risques chimiques peuvent engendrer des intoxications aigües ou chroniques.

L’amiante est également un gros risque dans ce secteur, il est présent dans de nombreux bâtiments datant d’avant 1997, et peut avoir de graves conséquences sur les ouvriers.

Enfin, on peut penser à toutes les poussières et projections de matières potentiellement dangereuses. Ces poussières peuvent être à l’origine de maladies et problèmes respiratoires, mais également irriter ou abimer les yeux, déjà particulièrement fragiles et sujets aux projections et aux rayonnements présents sur les chantiers.

Comment se protéger ?

Aujourd’hui, la loi impose la nécessité de protection pour les travailleurs et notamment ceux du bâtiment. En effet, l’article L230-2 du Code du Travail dispose que « Le chef d’établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l’établissement, y compris les travailleurs temporaires. »

Cette protection passe par une évaluation des risques, par la mise en place de procédures, par de la prévention et surtout par des équipements de protection individuelle adaptés.


Quels sont ces EPI ?
Le casque de chantier est primordial. Il permet de prévenir de nombreux accidents, comme les chutes d’objets. Mais ce n’est pas le seul. Les ouvriers doivent également porter des vêtements adaptés selon les risques : des chaussures de sécurité, des gants, des protections pour les articulations ainsi que des protections auditives. Les protections du visage et des voies respiratoires sont les derniers EPI nécessaires. Constitués de lunettes et masque de protection, ils permettent de limiter les risques respiratoires et de préserver les yeux.

Comment VUZAIR contribue à la protection des ouvriers du bâtiment ?

VUZAIR apporte confort et protection intégrale aux ouvriers. En tant qu’équipement de protection individuelle, VUZAIR protège les yeux, le nez et la bouche grâce à un écran facial transparent et un média filtrant. Plus qu’un EPI classique, VUZAIR apporte un confort au quotidien en facilitant la respiration souvent compliquée avec un masque traditionnel et la réalisation d’un effort intense. Cette innovation française possède un système de ventilation qui améliore considérablement la sensation de chaleur et d’étouffement souvent ressentis avec un masque traditionnel.

Mieux respirer tout en étant mieux protégé et effectuer son travail en toute liberté.